Et si c’était pas que la faute à la finance ?

Posté par le juil 2, 2012 | 9 commentaires

Bon, bon bon. Bon, je sais que je devrais pas écrire de billet sous le coup de la colère mais voilà, le coup est parti tout seul.

Vous le savez avant d’être une SARL, j’ai longtemps été auto-entrepreneur (oubliez ce statut, à de très rares exceptions près) et tout le monde se souvient qu’à l’époque déjà, on rigolait bien avec les problèmes de RSI, entre autre.

En passant en SARL, je me disais « c’est l’occasion de tout remettre à zéro, de repartir sur des bases saines, entre moi (nous) le CFE, le RSI, et quelques autres trucs à acronymes.
Malheureusement, ça n’a pas l’air de vouloir bien se passer.

Exemple : on a fait rédiger nos statuts par notre comptable, dans lesquels il était précisé de faire suivre le courrier au domicile des gérants, donc pas à l’adresse du siège social (et seul établissement officiel, disons). Le CFE a compris que notre domicile était en fait un établissement, on a donc 2 SIRET dont un totalement inutile (mais, on va payer les taxes deux fois, héhéhé). Déjà ça, ça m’a _un peu_ gonflé, mais je faisais face dans la dignité. Sauf que leur affaire ne m’arrange pas en cela que je reçois 40% de courrier à une adresse et 60% à une autre (distante de 20km, pour quelqu’un qui bosse de chez soi, hihihi)

Le RSI a commencé à nous réclamer des sommes (un peu folles, mais c’est pas grave, on savait) uniquement au nom de Céline (wait for it) et moi, plus aucun courrier. La comptable nous a donné la clé : pour eux je suis encore auto-entrepreneur jusqu’à fin 2012, c’est début 2013 qu’ils vont voir que HO LA j’ai arrêté en mars, recommencé un truc en Avril, vite réclamons lui 4000€. Au moins je suis au courant, je peux donc m’y attendre, cette fois ils ne m’auront pas par surprise (peut-être).

Bon, ça c’est la partie comme d’habitude, je savais très bien que pour ne pas être déçu, il faut toujours s’attendre au pire.
Je parle même pas des montants hein, tant pis, on est au courant que ça coûte cher en charges une boîte. Je parle juste fonctionnement. Monter une entreprise c’est génial, toute une aventure passionnante, et monter une entreprise en France, c’est l’inverse. Je passe sur le fait que le téléphone sonne 2 ou 3 fois par jour, parfois à 21h, 21h30 (?) pour nous vendre des trucs improbables au nom d’entreprises souvent suspectes.

Et aussi, y’a la BNP. J’ai pas choisi, j’y suis depuis la naissance, c’est comme ça, jamais eu le courage d’aller voir si les billets étaient plus verts ailleurs. Quand j’ai ouvert mon compte spécial auto-entrepreneur, en 8 jours j’avais accès à mon compte sur le web, ma CB, mon chéquier, mes remises de chèques, et 6 mois « d’esprit libre » gratos. (esprit libre, ça comprend plein de trucs hein, tu sais internet, virement gratos, tout un tas de petits trucs pour raquer au bout dans les 25€/mois)
Là, là, là : On ouvre le compte, dépôt de capital, très bien. Ensuite faut filer le Kbis sans quoi le compte reste bloqué, et c’est là que tout suit : la carte, internet, chéquier, remises de chèques. On reçoit assez vite les remises, le chéquier, mais rien pour la carte, ni pour consulter le compte en ligne (enfin si un code, mais qui ne fonctionne pas). Faire des virements, tenir le fameux livre de banque… On peut pas. On a des clients qui nous paient par virement, on peut pas savoir (sauf appeler un n° à 11 cts la minute).

Au bout de plus d’un mois, 1h chez le banquier à régler tous les problèmes :

Les courriers devraient enfin arriver chez nous et pas ailleurs. Le premier code Internet reçu ne fonctionnant pas, un second est demandé, on devrait le recevoir sur 3 jours. Une seconde carte doit être demandée, la première demande ayant foiré (la deuxième aussi, Internet explorer renvoie une erreur, il peut pas commander devant nous. Il passe lui même 20 minutes au téléphone pour essayer de fixer le bug)

Et voilà pourquoi cet article là maintenant tout de suite : ce matin, dans ma boîte, un courrier pro de la banque (à mon adresse, au départ je suis incrédule) LE CODE ! Je vais enfin savoir si un virement qu’on attend est passé !!

Le code ne fonctionne pas. Un petit coup de fil au numéro à 11 centimes, et on nous annonce (amorce un sourire, 3..2..1) qu’en fait on a pas l’option Internet, donc comme le compte n’est pas dans l’internet, avoir un code pour s’y connecter revient à faire disparaître la dette Espagnole en une nuit de fête post finale de l’Euro. Quand à savoir comment, dans une banque telle que BNP Paribas, on arrive à générer des codes (2) à un client pour qu’il accède à un service auquel on ne l’a pas inscrit, j’ai du mal à cacher ma hâte de savoir comment c’est possible. Humainement j’arrive à comprendre, mais informatiquement (?) parlant, je flippe un peu.

Voilà, un mois que je dis à mon fabricant « je vire le reste dès que j’ai accès à mon compte bancaire ». Une semaine que je me demande si untel a viré l’argent. Et mon compte Paypal stocke vos sous sans que je ne puisse pas le vider. Et ma compta ? J’ai bien le code internet, merci. Je peux m’y connecter et comme je dis au comptable, « promis dès que j’ai accès à mon compte bancaire, je… »

 

Bon je noirci un peu le tableau, car devinez quoi : y’a un truc qui marche, c’est le prélèvement d’esprit libre. Donc on paie une option qu’on a pas, et on a un code pour accéder à l’option qu’on a pas quand même. Tadaaa !

Je sais, j’ai un peu forcé sur les rage face, mais je suis vraiment en colère de voir que je passe plus de temps à m’occuper de ça que de temps de travail « effectif ». Et j’me marre de voir la crise, le chômage… On a trouvé en la finance folle le coupable idéal, mais à bien regarder, crise financière ou pas, un pays où rien ne fonctionne ne peut pas prétendre à un taux de croissance supérieur à un point. Si j’avais consacré toute l’énergie passée dans tout ce merdier à travailler au développement de mon entreprise, j’ose pas imaginer où on en serait.. :/

Donc, faudrait ptète se pencher aussi sur ces problèmes là, tant qu’un gouvernement ne foutra pas tout en l’air pour nous pondre un système qui marche sans accroc, (je parle pas de la BNP là) c’est pas la peine d’espérer avoir des boîtes françaises nombreuses, qui peuvent se lancer sur des secteurs innovants, de l’embauche, etc. Il paraît qu’on aimerait avoir le nouveau Google en France ? Aujourd’hui clairement c’est impossible.

Mais puisqu’impossible n’est pas français, Cocorico !

 

 

9 commentaires

  1. Bon courage koupain y’a bien un moment ou ça va se finir ces conneries !

  2. C’est plus du courage qu’il faut quand tu as l’administration plus ta banque pour « s’occuper » de toi….. :O

  3. Ouais, bon courage… Et rassurez vous, même avec l’expérience d’avoir monté plusieurs boites on a toujours ce genre de surprises :(

  4. Je vois que vous galérez encore dans la paperasse :( J’espère que tout ça va finir par se régler un jour (ça vous manquera ^^).
    C’est le genre de trucs qui me freine à me lancer en tant qu’AE.

  5. Moi je suis admiratif devant ta combativité… Il arrive pas un moment où tu as envie s’engueuler tout le monde ! Appel Bourdin sur RMC je suis sur qu’il adorera ton Histoire que dis je, ton aventure !

  6. Encore une fois, tout est une question de choix. L’anecdote est amusante, mais rien de nouveau sous le soleil : les grosses banques s’essuient les pieds sur les petites entreprises … je ne suis pas persuadé qu’il en soit autrement ailleurs.

    Et sans vouloir tomber dans la critique facile, le problème semble assez simple à identifier : « J’ai pas choisi, j’y suis depuis la naissance, c’est comme ça, jamais eu le courage d’aller voir si les billets étaient plus verts ailleurs. »

    C’est justement pour cela que la BNP se permet ce genre de chose.

    Sachant qu’avec l’argent que les gens leur donne, elle n’investit pas dans les activités productives et les petites entreprises.

    Pour prendre le seul exemple que je connais à peu près bien, l’Allemagne. Effectivement les choses se passent mieux là-bas, mais la raison n’est pas à mon avis à chercher dans l’administration/réglementations etc, sensiblement les mêmes qu’ici. La raison, c’est qu’une banque qui fonctionnerait ainsi serait abandonnée par ses clients jusqu’à ce qu’elle change ses pratiques.

    Franchement, la BNP aurait tort de ne pas faire ce qu’elle fait tant que cela lui rapporte …

    PS : la NEF finance énormément de petits projets locaux, le Crédit Coopératif et la Banque Postale sont également des solutions possibles.

  7. Bon courage! Personnellement j’ai enfin pu quitter le RSI, cette agence pose que des problèmes! Et vive Akibag!

  8. Personnellement je n’arrive pas à comprendre pourquoi les banques en ligne (ing, bourso,…) ne permettent pas aux petites entreprises de créer un compte pro chez eux, ça simplifierait déjà beaucoup de choses. Pour ma boite (la 1ère, pas krama krama), j’utilise la banque postale : les tarifs sont plutôt intéressants, une dizaine d’euros, par trimestre par contre en ce qui concerne le logiciel en ligne une calamité, c’est limite si je dois pas envoyer un courrier au centre financier pour rentrer un RIB… Est-ce qu’on est vraiment en 2012 à la banque postale ?

  9. Bon courage !

    Pas facile de s’en sortir une fois que ça part en toupie (surtout pour la RSI !!)

Laisser un commentaire